Echange en anglais avec de jeunes enfants

Comment définir le bilinguisme précoce ?

Essayons dans un premier temps de définir ce qu’est le bilinguisme.

Prenons par exemple, l’offre d’emploi suivante « Recherchons assistant-e-commercial-e bilingue anglais ». Est-ce que la personne recrutée est sensée parler l’anglais comme une « personne native » ou comprendre et parvenir à s’exprimer en anglais de façon efficace dans un contexte professionnel ?

That is the question! Dans ce cas échéant, il ne s’agit pas forcément de « vrai bilinguisme » mais de compétences linguistiques adaptées aux besoins d’un travail précis. La notion de bilinguisme n’est pas toujours très claire dans nos esprits. 

En fait, le bilinguisme suppose qu’une personne s’exprime et pense dans deux langues avec un même degré de précision dans chacune d’elles. Les individus « authentiquement » bilingues sont également imprégnés des deux cultures.

Et le bilinguisme « précoce » ?

Le bilinguisme précoce consiste quant à lui à acquérir ou apprendre une langue seconde pendant la petite enfance. Il peut revêtir plusieurs formes :

L’enfant qui grandit dans une famille qui parle sa langue maternelle et qui découvre à l’école une langue étrangère, celle du pays dans lequel il vit. C’est le cas les enfants qui vivent et sont scolarisés dans un pays d’accueil qui n’est pas le leur.

L’enfant bilingue qui grandit dans une « famille mixte » dont les parents parlent deux langues à la maison de façon complétement naturelle en passant de l’une à l’autre. L’enfant s’approprie donc en parallèle les deux langues de façon équilibrée et développe ainsi « un vrai bilinguisme » dans son milieu naturel. Il sera aussi à l’aise dans les deux langues. Si son papa est anglais et sa maman française, il saura s’adresser à eux dans leur langue respective sans se tromper dans le choix des langues.

Le bilinguisme « précoce » : quoi de plus naturel en somme ?

Il faut savoir que plus de 60% de la population mondiale est bilingue. Une grande majorité d’enfants bilingues acquièrent donc leurs langues en grandissant. Ce sont leurs environnements linguistique et culturel qui impliquent ce besoin et rien n’est plus naturel pour eux que d’apprendre deux langues en même temps ! Les personnes qui sont bilingues depuis leur plus jeune âge apprennent plus facilement par la suite d’autres langues étrangères.

En pratique, les enfants bilingues font généralement preuve d’une plus grande souplesse intellectuelle. Cet atout est dû à la gymnastique mentale constante liée au passage d’une langue à l’autre.

Que faire quand on n’est pas « tombé dans la marmite d’Obélix » dès la naissance ?

De nombreux parents souhaitent que leur enfant devienne bilingue le plus tôt possible car ils ont conscience qu’il s’agit d’un atout dans leur éducation et leur développement. Cependant, il court au sujet du bilinguisme pas mal d’idées reçues et des questionnements. Il y a pléthore d’infos et d’articles très intéressants sur le net qui peuvent nous aider à y voir plus clair.

Mais, peut-on quand même devenir bilingue en apprenant une langue en milieu éducatif ?

Il est bien sûr possible de devenir « bilingue » à tout moment de sa vie, par exemple, un adolescent ou un adulte qui apprend une langue de façon intensive et qui séjourne régulièrement dans le pays concerné ou s’il va vivre à l’étranger et s’immerge ainsi dans la langue. Mais cela requiert maints efforts surtout sur le plan oral car après 7 ans, les prédispositions de l’enfant diminuent. La plasticité du cerveau n’est plus la même et l’oreille « se ferme » aux sons nouveaux. L’environnement linguistique de notre langue maternelle nous conditionne et l’apprentissage devient beaucoup plus difficile.

Permettre à son enfant de devenir bilingue par son éducation

C’est une manière de lui donner un atout linguistique et culturel supplémentaires dans la vie. Les avantages cognitifs qui en découlent sont nombreux et prouvés sur le plan scientifique.

 
Le jeune enfant gagne à être exposé à une seconde langue le plus tôt possible s’il vit dans une famille monolingue et si ses parents ont un projet linguistique pour lui ! Pour cela, l’enfant doit ressentir du plaisir à jouer et à interagir dans la seconde langue avec les adultes et les enfants qu’il côtoie dans les situations d’apprentissage ou de sensibilisation

Quelles sont les conditions requises ?

Pour « un bilinguisme précoce réussi », il faut un temps minimal à l’exposition à la langue et surtout une régularité. C’est une des conditions majeures pour que l’enfant puisse devenir bilingue. On appelle cela le « bain linguistique ». Il faut veiller aussi que tout au long de son enfance, l’enfant utilise cette seconde langue car sinon il risque d’oublier ses acquis. Voici quelques bons conseils diffusés par l’Education nationale : les découvrir sur le site web de LCI.

Partager cet article sur les réseaux sociaux
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Sophie Rosenberger

Sophie Rosenberger

Ce blog est l’occasion pour moi de partager ma passion pour la transmission des langues auprès de jeunes enfants et j’ai décidé de me lancer dans une aventure professionnelle personnelle ! Après des études à New York et de nombreux séjours prolongés aux USA et dans les îles Britanniques, une carrière au service de l’éducation, des langues, des livres en tant qu’éducatrice spécialisée, libraire, éditrice et auteur, je crée Anatole Pédagogie Bilingue.  « Ma petite entreprise » a pour vocation de proposer des ateliers d’initiation à l’anglais destinés aux enfants et des formations pédagogiques pour adultes sur la région d’Orléans. 

Les ateliers ludiques sont destinés à être mis en place dans des crèches, des écoles maternelles et primaires et centres de loisirs à un âge où les jeunes enfants sont particulièrement réceptifs et portent en eux des réelles compétences linguistiques.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant la navigation, vous consentez à l'utilisation des cookies.