Groupes d'enfants qui apprennent l'anglais en maternelle

Pourquoi développer le « bilinguisme précoce » ?​

Il n’est jamais trop tôt pour s’initier à une langue étrangère ! Contrairement à certaines idées reçues (mythe sur le bilinguisme) qui ont couru pendant plusieurs années, l’apprentissage des langues étrangères dès la petite enfance (milieu naturel ou éducatif) ne nuit aucunement, bien au contraire, à l’acquisition de la langue maternelle des jeunes enfants. L’âge clé pour cet apprentissage se situe entre 0 et 7 ans. Ce n’est pas parce que la langue maternelle n’est pas encore acquise ou maîtrisée oralement que l’exposition à une nouvelle langue et son apprentissage risque de gêner ce processus.

L’initiation ou l’éveil aux langues dès la crèche

Les linguistes et les neurologues qui ont étudié le phénomène de bilinguisme chez les tout-petits (de 6 mois à 3 ans) ont pu constater des répercussions positives sur de nombreux plans éducatifs et intellectuels : stimulation, curiosité, créativité. L’enfant développe des capacités linguistiques dans les deux langues. Pour beaucoup d’enfants, c’est tout à fait naturel d’apprendre deux langues simultanément. Le « bilinguisme précoce » ne présente aucun risque et n’entrave en aucune façon à l’acquisition du langage (la langue maternelle).

Un enfant très jeune est tout à fait apte à identifier et à reproduire des sons et des mots nouveaux d’une seconde langue. Passer d’un système linguistique à un autre n’a rien de perturbant pour lui, cela est d’ailleurs une situation complètement naturelle pour les enfants qui grandissent dans des familles bilingues. 

Les tout-petits possèdent un vrai potentiel (et talent) en langues sur le plan phonétique et c’est en douceur et à leur rythme qu’ils vont passer par des phases familières et intuitives « de tâtonnement » ou de « raisonnement » et qu’ils vont découvrir un autre univers linguistique et culturel, tout en s’ouvrant à l’autre. 

Le point de vue des scientifiques ​

On sait, d’un point de vue scientifique, que le bébé, avant même de naître, est particulièrement sensible aux bruits et aux sons. Il « baigne » dans un monde sonore dont il garde tout en mémoire. Il est capable de reconnaître des sons nouveaux qui n’appartiennent pas à sa langue grâce à une très grande plasticité cérébrale et agilité cognitive (cf. recherches récentes en neurologie). Le petit enfant est lui aussi un vrai « récepteur » de sons qui réagit aux voix connues, familières et aimantes. Il est très sensible à la prosodie de la parole. 

Avant même le stade de la parole, dans son babil, le petit enfant peut reproduire des sons qui n’appartiennent pas à sa langue maternelle (plasticité du cerveau et position haute du larynx). 

Le bébé est extrêmement attentif aux sons qui constituent son univers. L’éveiller dès le premier âge, à la musicalité d’une nouvelle langue (sons, intonation et rythme) va lui faire découvrir et permettre de partager des sensations physiques, émotionnelles et créatives, et susciter du plaisir. Il nous apparaît important de favoriser à la fois l’expression de l’oralité et du corps qui sont aussi des moyens de communication complémentaires

La contribution d’Anatole Pédagogie Bilingue ​

Parce que les très jeunes enfants expriment aussi un grand plaisir à babiller, à vocaliser et jouer avec les sons (avant le stade de la parole), la démarche pédagogique d’Anatole Pédagogie Bilingue est donc de profiter de ces conditions très favorables pour faire découvrir et faire « écouter » au jeune enfant des sons nouveaux qui n’appartiennent pas à sa langue maternelle, de façon ludique et qui vont lui ouvrir un spectre sonore beaucoup plus large.

L’apprentissage ou la sensibilisation à une seconde langue va, elle aussi, passer par des étapes différentes et successives (associations logiques, déductions, erreurs, allers et retours et interférences avec la langue maternelle). L’enfant va donc faire de nombreuses comparaisons avec sa langue et émettre des hypothèses. Tout ceci fait partie des stratégies d’apprentissage habituelles qui montrent clairement que l’enfant ne fait pas que répéter un « répertoire de phrases toutes faites » pour apprendre une langue mais qu’il réfléchit mentalement.

Les deux langues vont ainsi s’enrichir mutuellement dans ce double processus d’acquisition et d’apprentissage.

De multiples expériences montrent qu’il est possible de mettre en place un apprentissage qui porte ses fruits si l’on sait respecter les grandes étapes du développement des enfants (âge et phases d’acquisition de la langue maternelle). 

Partager cet article sur les réseaux sociaux
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Sophie Rosenberger

Sophie Rosenberger

Ce blog est l’occasion pour moi de partager ma passion pour la transmission des langues auprès de jeunes enfants et j’ai décidé de me lancer dans une aventure professionnelle personnelle ! Après des études à New York et de nombreux séjours prolongés aux USA et dans les îles Britanniques, une carrière au service de l’éducation, des langues, des livres en tant qu’éducatrice spécialisée, libraire, éditrice et auteur, je crée Anatole Pédagogie Bilingue.  « Ma petite entreprise » a pour vocation de proposer des ateliers d’initiation à l’anglais destinés aux enfants et des formations pédagogiques pour adultes sur la région d’Orléans. 

Les ateliers ludiques sont destinés à être mis en place dans des crèches, des écoles maternelles et primaires et centres de loisirs à un âge où les jeunes enfants sont particulièrement réceptifs et portent en eux des réelles compétences linguistiques.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant la navigation, vous consentez à l'utilisation des cookies.