Historique de l’enseignement précoce des langues étrangères

A quand remonte l’introduction des langues vivantes étrangères dans les écoles élémentaires françaises ?

Nous serions tentés d’évoquer le début des années 90, mais en fait l’entrée officielle de l’EPL (Enseignement précoce des langues) est une « vieille histoire » puisqu’elle remonte à 1965 même certaines initiatives ponctuelles avaient été lancées avant cette date, dans le cadre de jumelage. La première expérience eut lieu à Arles en 1954 à l’occasion d’un jumelage avec la ville de York (USA). Le contexte international de l’époque se révélait déjà porteur !

En France et en Europe

Les différents ministères de l’Education des pays membres de l’Europe préconisaient presque tous l’introduction d’au moins une « grande » langue européenne auprès des élèves de 10 ans dans un premier temps. L’enthousiasme seul ne suffit pas à garder ces expérimentations éparses en vie ! En 1965, le ministère de M. Haby décida de lancer une vaste expérimentation à l’échelle nationale qui concernait :

  • Des enfants de classes diverses (de la maternelle à l’école élémentaire)
  • Un éventail de langues européennes assez large
  • Des enseignants de formation diverse
  • Des horaires très variés

La prolifération d’expérimentations

On connut un foisonnement d’expérimentations d’enseignement des langues étrangères mais qui n’entraient pas forcément dans le dispositif officiel. Le ministère dût recadrer les conditions.  Cet enseignement doit désormais suivre les étapes suivantes :

  • Une sensibilisation selon la méthode dite « naturelle » au niveau pré-élémentaire
  • Une phase d’approfondissement au niveau des CP-CE1
  • Une phase de structuration au niveau des CM1/CM2

Ce recadrage était destiné à réduire l’expansion et la prolifération d’initiatives « sauvages », non répertoriées afin de pouvoir exercer un suivi scientifique par l’INRP (Institut National de Recherches Pédagogiques) et de mener des évaluations globales. Mais les résultats ne furent publiés que dans les années 80.

Que retenir des apprentissages linguistiques des élèves ?

Ceux-ci ont conclu que les élèves étaient en mesure de reconnaître des sons et des lignes mélodiques sur le plan phonologique. Ils avaient acquis quelques mots et pouvaient comprendre des éléments linguistiques simples dans un dialogue.  Mais rien ne permettait de conclure sur l’existence d’une « production langagière » créative des élèves ou encore sur un véritable apprentissage et maîtrise de la langue étrangère. En 1974, environ 100 000 élèves étaient concernés par cet enseignement contre 500 000 pour l’année 1994-1995 (toutes classes confondues).

Les conclusions de ce rapport furent assez nuancées. Sans être « trop négatif », il y eu plusieurs recommandations émises pour apporter des améliorations : horaires d’enseignement insuffisants, enseignants pas assez formés, coût de l’opération très élevé. La priorité portait aussi sur le fait de pouvoir poursuivre des expériences sur un plus long terme à condition que soit assurée une continuité dans la scolarisation jusqu’au secondaire. Les initiatives qui ne remplissaient pas ces exigences furent appelées à disparaître progressivement. Toutefois, aucune mesure concrète ne fût prise.

Il faudra ensuite attendre 1989 pour le gouvernement de l’époque réenvisage un enseignement précoce des langues vivantes à l’école élémentaire. Nous aurons l’occasion de nous pencher prochainement sur la situation actuelle dans les écoles françaises.

Partager cet article sur les réseaux sociaux
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Sophie Rosenberger

Sophie Rosenberger

Ce blog est l’occasion pour moi de partager ma passion pour la transmission des langues auprès de jeunes enfants et j’ai décidé de me lancer dans une aventure professionnelle personnelle ! Après des études à New York et de nombreux séjours prolongés aux USA et dans les îles Britanniques, une carrière au service de l’éducation, des langues, des livres en tant qu’éducatrice spécialisée, libraire, éditrice et auteur, je crée Anatole Pédagogie Bilingue.  « Ma petite entreprise » a pour vocation de proposer des ateliers d’initiation à l’anglais destinés aux enfants et des formations pédagogiques pour adultes sur la région d’Orléans. 

Les ateliers ludiques sont destinés à être mis en place dans des crèches, des écoles maternelles et primaires et centres de loisirs à un âge où les jeunes enfants sont particulièrement réceptifs et portent en eux des réelles compétences linguistiques.

4 commentaires

Brianrew · 3 avril 2020 à 14:56

You’re a really valuable website; couldn’t make it without ya!

    Sophie Rosenberger · 23 avril 2020 à 17:12

    Thank you!

JamesLog · 23 avril 2020 à 07:00

Thanks, this site is extremely helpful.

    Sophie Rosenberger · 23 avril 2020 à 11:22

    Many thanks!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant la navigation, vous consentez à l'utilisation des cookies.