Enfants Mauriciens

Le bilinguisme précoce à l’île Maurice

Envie de voyager ? D’aller au soleil ? Oui, mais encore comment se passe l’enseignement précoce des langues vivantes à l’ile Maurice, à plus de 9000 km de chez nous ? Un modèle qui pourrait bien inspirer d’autres pays, dont la France, peut-être ?

Anatole Pédagogie Bilingue : Bonjour Neha, pouvez-vous vous présenter svp en quelques mots ?

Neha : Bonjour à tous, je m’appelle Neha PERON et je suis installée en France depuis 4 ans. Je suis originaire de l’île Maurice, petit point sur la carte perdu au large de Madagascar ! J’ai toujours été passionnée de langues et de cultures et la richesse de l’enseignement mauricien m’a permis de transformer cette passion en un métier. Aujourd’hui, je suis traductrice et interprète dans plusieurs langues, notamment anglais et hindi. J’effectue aussi des interventions dans une école de commerce où j’enseigne l’anglais commercial à des étudiants de niveau Bachelor à Master. Je parle 5 langues couramment : français, anglais, hindi, ourdou, et évidemment le créole. Et j’ai l’ambition d’en apprendre une 6e (…rires…)

Pour me retrouver sur LinkedIn vous pouvez cliquer ici ! 😉

Anatole Pédagogie Bilingue : A partir de quel âge enseigne-t-on les langues vivantes étrangères dans le système éducatif mauricien ?

Neha : L’enseignement des langues commence dès le plus jeune âge, à partir de 3 ans, en démarrant par l’alphabétisation. On y apprend l’anglais qui est la langue administrative et le français qui est une langue usuelle. Dès l’école primaire, quand les jeunes mauriciens atteignent 6 ans, sont intégrées progressivement des langues étrangères principalement des dialectes issus d’Inde ou du reste de l’Asie. Ces dernières sont facultatives mais sont choisies chaque année par beaucoup d’écoliers mauriciens.

Anatole Pédagogie Bilingue : Depuis quand ? Est-ce une tradition ?

Neha : La colonisation britannique à partir de 1810 a figé le système tel qu’il existe actuellement : une éducation quasi-exclusivement dispensé en anglais avec un apport précoce de langues étrangères. Depuis l’indépendance de 1968, Maurice perpétue cet enseignement et offre aux jeunes mauriciens l’opportunité d’apprendre dès le plus jeune âge une langue supplémentaire. Il s’agit pour le pays d’une véritable richesse.

Anatole Pédagogie Bilingue : Est-ce que cette initiation est obligatoire et concerne tous les élèves des écoles publiques et privées ?

Neha : Cette pratique concerne essentiellement les élèves des écoles publiques qui suivent le cursus officiel décidé par le Ministère de l’Education. Les établissements privés sont souvent des établissements regroupant des enfants de parents expatriés et suivent des programmes calqués sur les pays d’origines. Par exemple, le Lycée Labourdonnais suit le programme officiel de l’Education Nationale française et le Bocage International School suit celui de l’Education anglaise. On peut donc dire que les élèves du système public ont accès de manière plus précoce à une initiation aux langues étrangères et ont un choix plus important de langues.

Anatole Pédagogie Bilingue : Quelles sont les langues enseignées et pourquoi ce choix ? Est-ce par rapport à la mixité ethnique et culturelle ?

Neha : Comme je vous le disais, il s’agit principalement de langues indiennes telles que l’hindi, le tamil, le marathi ou le telugu. Il existe aussi un enseignement de l’arabe ou du mandarin. Effectivement, le choix de ces langues est en lien avec l’héritage culturel de l’île Maurice où la population est composée à plus de 70% de descendants de travailleurs indiens majoritairement hindous mais aussi musulmans. Une part importante de la population est quant à elle issu de la diaspora chinoise d’où l’enseignement du mandarin. De manière générale, les langues nous sont enseignées en même temps que la culture de notre pays d’origine pour nous aider à mieux comprendre nos racines.

Anatole Pédagogie Bilingue : Quelles sont les langues officielles et les principales langues parlées dans les familles mauriciennes ?

Neha : Il n’y a pas de langue officielle en tant que telle dans la constitution mauricienne. Pour autant, l’anglais est la langue utilisée pour tous les actes administratifs et par les institutions gouvernementales dans leur fonctionnement. Malgré tout, cet usage est limité dans la vie du pays, et le créole, notre langue maternelle, est celle qui représente la quasi-totalité des échanges. Le créole est un héritage du vieux français qui a depuis évolué en fonction des influences de chaque vague successive d’immigration. Cette langue est aussi bien utilisée à la maison, dans les familles, que dans les commerces ou au travail. Le français, quant à lui, est plutôt réservé aux médias radiophoniques ou télévisés.

Partager cet article sur les réseaux sociaux
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Sophie Rosenberger

Sophie Rosenberger

Ce blog est l’occasion pour moi de partager ma passion pour la transmission des langues auprès de jeunes enfants et j’ai décidé de me lancer dans une aventure professionnelle personnelle ! Après des études à New York et de nombreux séjours prolongés aux USA et dans les îles Britanniques, une carrière au service de l’éducation, des langues, des livres en tant qu’éducatrice spécialisée, libraire, éditrice et auteur, je crée Anatole Pédagogie Bilingue.  « Ma petite entreprise » a pour vocation de proposer des ateliers d’initiation à l’anglais destinés aux enfants et des formations pédagogiques pour adultes sur la région d’Orléans. 

Les ateliers ludiques sont destinés à être mis en place dans des crèches, des écoles maternelles et primaires et centres de loisirs à un âge où les jeunes enfants sont particulièrement réceptifs et portent en eux des réelles compétences linguistiques.

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant la navigation, vous consentez à l'utilisation des cookies.